Accueil

Solutions clef en main pour TPE/PME du tourisme

Appel

Mail

Sms

Avion autour d'un globe terrestre
e-Tourisme

Comprendre l’intérêt de la norme IATA NDC pour votre agence de voyages

Thierry Gaillard

Thierry Gaillard – 27 avril 2018 – modifié le 10 juin 2020

L’environnement du tourisme est secoué de nombreuses crises depuis plusieurs années. Votre agence de voyages se voit de plus en plus désintermédiée, en particulier pour l’aérien. New Distribution Capability pourrait bien être un moyen de regagner du terrain en vous offrant un outil beaucoup plus performant que les actuels GDS dont la technologie date de plus de vingt ans.

Qu’appelle-t’on norme IATA NDC ?

La norme Iata NDC, acronyme de New Distribution Capability, est un standard de transmission de données (vols, disponibilités, tarifs, etc.), basé sur une API utilisant le langage XML. Ce standard a été développé par l'Association internationale du transport aérien (IATA). Son objectif est d’automatiser et d’améliorer la qualité des informations entre les compagnies aériennes d’une part, et les intermédiaires touristiques d’autre part (agences de voyages, tour-opérateurs, online travel agency, etc.).

Cette standardisation permet de baisser les coûts en rendant plus rapide et plus facile le time-to-market. Vous pourrez répondre instantanément aux requêtes clients, dans un format enrichi (photographies, vidéos, etc.), et en comparant de manière plus approfondie les tarifs entre eux ainsi que les prestations liées ou non aux tarifs. En outre la norme IATA NDC permettra l’interline entre compagnies, c’est-à-dire la possibilité d’émettre un seul billet avec plusieurs transporteurs aériens.

Elle continuera aussi à passer par le BSP pour assurer les paiements et les remboursements des compagnies aériennes. À noter que l’application du standard NDC implique l’intervention d’un agrégateur de contenu entre les compagnies aériennes et les acteurs touristiques.

Comment NDC s’inscrit-elle dans l’histoire de l’aérien ?

La manière dont les compagnies aériennes ont réussi à développer leurs ventes depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale est remarquable. Jusqu'aux années soixante, elles géraient leurs inventaires manuellement. Une fiche cartonnée servait à noter chaque vol et à enregistrer la liste des passagers associée. On centralisait l'ensemble des fiches, et donc la gestion des vols, dans un « tambour » appelé « Cardex ». Les compagnies aériennes transmettaient les fiches à l'aéroport en utilisant le télex, tandis que les agences de voyages téléphonaient aux compagnies aériennes pour réserver les vols de leurs clients avant d'émettre des billets papiers manuellement…

À partir de 1968, les compagnies aériennes firent l'acquisition d'ordinateurs afin d'informatiser leurs méthodes de travail. Elles développèrent leurs propres logiciels de réservation, appelés Computer Réservation System (CRS) qu'elles installèrent aussi bien dans les agences de voyages de leur pays d’origine que dans leurs propres points de vente. Air France par exemple, a développé Alpha 3, un système de réservation vendant principalement… Air France ! Grâce à cela, la liste des passagers (PNL) parvenait aux aéroports par transmission informatique.

Ces systèmes avaient pour inconvénients de permettre l’accès à une liste restreinte de compagnies aériennes. Du coup, à la fin des années quatre-vingt, elles créèrent les GDS (Global Distribution System). Grâce a eux, les agences de voyages disposèrent de la totalité des vols, sièges et tarifs afin de proposer une offre exhaustive, neutre et centralisée pour en faciliter la recherche. La neutralité était garantie par le fait que les compagnies aériennes payaient pour être distribuées via les GDS. L’avantage décisif de l’outil était que les futurs agents de voyage pouvaient, en étant formés à un seul outil, vendre tous les transporteurs. Ce système permit de développer et de démocratiser l'accès aux voyages au plus grand nombre en améliorant significativement la productivité des équipes. Il fonctionne encore aujourd'hui dans les principaux pays de monde...

Au cours des années deux mille, les principales compagnies aériennes basculèrent leurs inventaires de vols dans le Passenger Service System créé par Sabre et Amadeus. En même temps, Internet commença à devenir un canal de vente de plus en plus important. Ceci amena les compagnies aériennes à créer leurs propres sites Internet en utilisant, entre autres, les langages XML, HTML et CSS. Aujourd'hui, les transporteurs aériens commercialisent leur offre de deux manières :

  • En direct via leurs sites internet et leurs applications mobiles sous HTML et XML ;
  • Via les agences de voyages qui utilisent encore les GDS sous Edifact.

Pourquoi remplacer la norme EDIFACT par NDC ?

Dans les années soixante, les compagnies aériennes créèrent l'organisme Airline Tariff Publishing Company (ATPCO), une plate-forme de données gérant la quasi-totalité des tarifs des compagnies aériennes. Puis, dans les années quatre-vingt, ce fut le tour des GDS. Ils utilisent la norme Edifact, édifiée par les Nations Unies à la fin de la Seconde Guerre mondiale, pour communiquer avec les autres systèmes informatiques.

Cette norme présente l'avantage d'être fiable, stable et rapide. En revanche, elle présente aussi l'inconvénient d'afficher sur les écrans d'ordinateur uniquement des caractères alphanumériques sous forme de codes qui rendent la lecture rébarbative et terriblement technique. Les vols sont présentés de manière sommaire et correspondent aux standards informatiques des années quatre-vingt. Les notes tarifaires sont souvent longues, répétitives et en anglais. Il est compliqué de vouloir vendre des services associés. Il est impossible de mettre des photographies ou des vidéos pour illustrer le voyage et le rendre attrayant. Il est même difficile d'ajouter des liens vers d'autres sites web.

A contrario, la norme NDC s'adosse au XML, un langage de balisage générique validé par le W3C depuis le 10 février 1998. Son objectif n'est pas de donner des ordres séquentiels à l'ordinateur comme le ferait un langage de programmation (Java, Python, etc.) mais tout simplement de faciliter les échanges de données entre machines.

  • Balisage signifie qu'il permet de mettre en forme la publication de documents structurés se prêtant à un traitement automatisé ;
  • Générique signifie que le développeur peut créer ses propres balises rendant ce langage flexible et léger.

XML permet de baliser des données pour les rendre compréhensibles aussi bien par les humains qui écrivent des textes que par les machines qui les échangent. Or, aujourd'hui, si les sites internet utilisent bien le langage HTML et les applications le langage XML, ils le font sans normes ou règles communes. Lorsque ces canaux veulent communiquer avec ceux d'autres compagnies aériennes ou d'autres fournisseurs de services, cela nécessite le développement de solutions informatiques coûteuses. La norme NDC simplifie tout cela en permettant de développer facilement des API.

Les agences de voyages se connecteront à moindre coût à ces API grâce à des agrégateurs qui permettront d'avoir accès aux flux des compagnies aériennes et de les distribuer de manière plus efficace. Les réservations seront effectuées directement dans les systèmes des compagnies aériennes, sans intermédiaire. Ainsi, elles sauront en temps réel qui réserve quoi, combien de temps, en combinaison de quels produits, à quelle fréquence, etc. Les tarifs ne dépendront plus de classe de réservations segmentées sous forme de lettre de l'alphabet mais pourront être individualisés et personnalisés à l'infini.

Quels sont les bénéfices de la norme NDC ?

Les compagnies aériennes vont devoir d'une part, basculé vers XML leur inventaire actuellement géré sous Edifact et d'autre part, créer des API afin de communiquer leurs offres avec leurs partenaires (agences de voyages, moteurs de recherche, etc). Cela prendra du temps mais à terme, les gains pour tous les acteurs de la filière seront importants :

Les compagnies aériennes

En normalisant leurs échanges avec leurs distributeurs et partenaires, elles vont faire des économies en communiquant l'ensemble de leur catalogue à tous les acteurs (moteurs de recherche, métamoteurs, agences de voyages, etc.) grâce à un protocole unique contre plusieurs aujourd'hui. Elles utiliseront leurs connaissances des préférences et de l’historique des clients pour personnaliser très finement leurs offres et adapteront leur proposition tarifaire grâce au Dynamic pricing. Elles pourront aussi déconstruire leur offre packagée pour vendre chaque prestation séparément (siège, repas, accès aux salons, etc.) ou bien mieux mettre en valeur les différents bénéfices de leur package tarifaire. Elles proposeront aussi, et c'est un point non négligeable, des services complémentaires : locations de voiture, nuits d'hôtel, transferts, etc. pour assembler des offres complètes de séjours et non plus vendre uniquement du transport aérien. De ce point de vue, le partenariat entre Air France et Booking illustre de belle manière ce point essentiel. Selon Iata, l’avantage pour les compagnies aériennes serait :

  • Richesse et originalité de leurs produits ;
  • Rapidité de mise sur le marché de tout nouveau produit ;
  • Personnalisation de leurs offres.

Les agences de voyages

Même si cette importante évolution du secteur va demander de s’adapter, de se former et de repenser votre valeur ajoutée, la mise en place de la norme NDC est globalement une bonne chose pour vous. Comme aujourd'hui, vous aurez accès à l'offre intégrale des compagnies aériennes. Mais vous allez surtout pouvoir mieux comparer les offres et ce qu’elles renferment pour conseiller au mieux vos clients.

D’un simple clic, vous rajouterez ou enlèverez un bagage supplémentaire, un repas de meilleure qualité, un surclassement, un accès Wi-Fi à bord s’il est payant, etc. Vous aurez accès en temps réel et de manière simple et rapide, aux promotions des compagnies aériennes alors qu’elles vous échappent largement à l’heure actuelle.

Votre proposition s’accompagnera de vidéos, de photographies et des explications rendront les produits plus attractifs. Et surtout, cela vous permettra de proposer une offre ultra personnalisée où votre client aura accès en toute transparence au détail de ses prestations. Vos conseillers voyages vont abandonner la technique du langage crypté pour se consacrer à vendre et conseiller vos clients noyés sous l’infobésité d’offres protéiformes et surabondantes. Leurs capacités à connaître et à comprendre leurs interlocuteurs, à prendre du temps pour eux, à faire preuve de transparence et de pédagogie seront les facteurs clés de succès de demain. Au final, IATA résume très bien vos futurs bénéfices :

  • Accès à un contenu riche et complet ;
  • Comparaison entre les vols, les prix et la valeur apportée ;
  • Capacité de proposer une offre sur-mesure ;
  • Accessibilité aux données sur les produits et les tarifs en temps réel.

Les clients loisirs

Finie l’opacité des tarifs des billets d’avion. Finies les mauvaises surprises à l’aéroport quand on découvre que le bagage en soute est payant. Finie la même offre pour tout le monde. Fini le montant final de la facture plus élevé que le prix initial. Toutes les études le montrent aujourd'hui : les clients ne font plus confiance aux intermédiaires qu’ils soupçonnent de les voler ! La norme NDC mettra à leur disposition une information extrêmement fine et précise leur permettant de choisir le niveau de service qu'ils sont prêts à payer et d’en comprendre le coût. La transparence va ramener du monde dans les agences de voyages.

Les clients Corporate (entreprises)

Les entreprises qui confient leurs déplacements professionnels à une Travel Management Company (TMC) vont-elles-aussi bénéficier du déploiement de la norme NDC :

  • Plus de contrôles en filtrant l’affichage de leurs voyageurs ;
  • Limitation de l’open booking en privilégiant leurs propres accords ;
  • Augmentation de leur visibilité et réduction des coûts ;
  • Amélioration des reportings pour une meilleure prise de décision.

Quel sera le paysage de la distribution avec la norme NDC ?

De nouveaux compétiteurs technologiques comme Openjaw, Farelogix ou Datalex entrent dans la danse. Mais les GDS resteront des compétiteurs efficaces pour élaborer des plateformes d’agrégation de contenus car elles ont une excellente connaissance des besoins des compagnies aériennes et des agences de voyages ainsi qu’un vrai savoir-faire technologique (ex : Live Travel Space d'Amadeus). Pour vous, c’est plus de concurrence pour choisir votre fournisseur technologique ! Par ailleurs, les réservations via le système Edifact vont cohabiter avec les API NDC.

En ce qui concerne les agences de voyages, la stratégie initiée par Lufthansa et IAG ainsi que par Air France consistant à facturer des frais supplémentaires pour les réservations faites par GDS ou bien les incentive mis en place par American Airlines pour promouvoir les ventes via leur site internet sont un signal fort envoyé aux acteurs de la distribution : « nous voulons réduire nos coûts de distribution tout en augmentant nos revenus ! ». En tant que responsable d’une agence de voyages, vous devrez négocier des avantages exclusifs pour vos clients et surtout, être reconnus par eux comme un intermédiaire neutre, fiable et transparent.

La norme NDC va clairement dans le sens de l'histoire, celui de l'automatisation d'une part, et de la personnalisation d'autre part. Entre nous, l'informatique des GDS était quand même devenue obsolète dans un monde technologique qui fait la part belle à la blockchain et à l'intelligence artificielle. Non ?

En conclusion, je laisse la parole au Département du Transport Américain qui a approuvé la norme NDC par la résolution 787 : « Les comparaisons d’achats dans le système actuel se limitent généralement strictement à la comparaison des tarifs, et il est difficile de comparer les prix et la qualité des offres de produits des différents transporteurs, en partie à cause des limitations de ce qui peut être affiché par les systèmes qui reposent sur la technologie de messagerie statique [...] L’approbation provisoire de la demande de IATA semble justifiée en raison de notre conclusion provisoire que les normes et protocoles de communication modernisés et l’innovation commerciale qu’ils pourraient faciliter seraient pro-compétitifs et dans l’intérêt public, à condition que certaines garanties soient imposées. »

Si vous avez aimé cet article, merci de le partager sur Twitter, Linkedin et Facebook !